Le Forum du bodybuilding Francais


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Derniers sujets
» DEBUT DE LA SECHE
Dim 17 Mai 2009, 21:30 par victor

» vends 25 bikes RPM (83)
Dim 17 Mai 2009, 15:28 par Denis MORIN

» programme sur plusieurs mois
Ven 15 Mai 2009, 23:09 par gregorius

» Damien KEYSER champion de france +90kgs IFBB
Ven 15 Mai 2009, 21:56 par gregorius

» NELLY REY
Ven 15 Mai 2009, 15:30 par yanis

» progession(image a chaque mois)
Jeu 14 Mai 2009, 13:51 par Fredd

» Casting cinéma
Mer 13 Mai 2009, 21:36 par Chloe

» besoin d aide !!!
Mer 13 Mai 2009, 08:44 par yanis

» DANIEL COUSSIEU (Dany la fougue!!)
Mar 12 Mai 2009, 18:38 par romain13

Partenaires
Tchat Blablaland
Liens
BodyXtrem
Jeux Flash
Horloge

Partagez | 
 

 Les guggulstérones

Aller en bas 
AuteurMessage
John



Nombre de messages : 580
Age : 33
Localisation : France
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Les guggulstérones   Mar 06 Nov 2007, 23:34

Les guggulstérones renforcent l’activité des hormones et abaissent le cholestérol.

Les guggulstérones E et Z (qui sont les principes actifs) sont extraites de la résine de Commiphora mukul, arbuste épineux qui pousse en Inde.

L’oléorésine de cet arbre est utilisée depuis des siècles par la médecine ayurvédique.

Les guggulstérones amplifient l’assimilation de l’iode par la thyroïde, ce qui stimule la production des hormones thyroïdiennes.



*Dose usuelle : 20 à 60mg de guggulstérones E et Z, jusqu’à 3 fois par jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les guggulstérones   Ven 09 Nov 2007, 20:56

par Vladimir Badmaev, M.D., Ph.D., et Muhammed Majeed, Ph.D.

Quand on parle de taux normal de cholestérol, les chiffres sont loin d'être le seul élément à considérer. Aujourd'hui, l'intérêt ne se porte pas uniquement sur le cholestérol en soi, mais également sur ses diverses fractions, que dans le public on décrit généralement sous les termes de "bon" ou de "mauvais" cholestérol, de "vilain" cholestérol ou de cholestérol "mortel".

Alors que les termes de "bon" cholestérol - ou lipoprotéines à haute densité (HDL) - et de "mauvais" cholestérol - ou lipoprotéines à faible densité (LDL) - sont relativement bien connus, ceux de "vilain" cholestérol (triglycérides) et de cholestérol "mortel" (lipoprotéine A) le sont moins, ces deux fractions ayant été ajoutées depuis peu à la famille du cholestérol. Naturellement, le cholestérol dit "mortel" est particulièrement inquiétant, d'autant plus qu'il peut être inscrit dans nos gènes; lorsqu'il est présent en excès, il est associé à un taux extrêmement élevé de maladies cardio-vasculaires et ce, chez des sujets particulièrement jeunes.

La connaissance des différents types de cholestérol conjuguée à une conscience accrue des risques d'athérosclérose et de maladies cardio-vasculaires qui leur sont associés - et qui restent la première cause de décès dans nos sociétés modernes - nous poussent à rechercher des solutions thérapeutiques et préventives présentant une plus grande efficacité que par le passé.

Le fait que les maladies cardio-vasculaires affectent notre civilisation depuis des siècles donne à réfléchir. Il y a 2000 ans, on comprenait déjà les principes de base de l'athérosclérose et des maladies cardio-vasculaires qui en résultent, et les manuels de l'époque y faisaient régulièrement référence. Les traités médicaux ayurvédiques du Charaka Samhita (1000 ans av. J.-C.), du Sushruta Samhita (600 ans av. J.-C.), du Vagbhata (7e siècle de notre ère), et du Nighantusa (du 12e au 14e siècle de notre ère) font référence à des maladies résultant d'une alimentation déséquilibrée et d'un mode de vie sédentaire. On rapportait que ces deux facteurs contribuaient à "la formation d'une couche sur les canaux et à leur obstruction", ce qui, dans la terminologie moderne, désigne des changements athéromateux (traînées graisseuses) dans les vaisseaux sanguins. Pour neutraliser ce processus, les praticiens ayurvédiques prescrivaient une résine apparentée à l'ambre, qui s'écoule d'incisions pratiquées dans l'écorce du Commiphora mukul (N.O. Burséracées) et qui est généralement connue sous le nom de gomme guggul.

Dans les années 1960, l'oléogomme-résine (gomme guggul) a été étudiée de façon systématique pour son utilité potentielle dans le traitement de l'hyperlipémie (excès de cholestérol). Cette étude, qui fut entreprise au Collège des Sciences médicales de l'université Banaras Hindu (Inde), s'est poursuivie dans les années 1980 à l'Institut central des médicaments (CDRI) de Lucknow (Inde). L'analyse de la fonction de structure de la gomme guggul a permis de montrer que ses propriétés hypolipémiques étaient essentiellement attribuables à la fraction qui est soluble dans l'acétate d'éthyle, plus spécifiquement sa fraction neutre. On a montré que cette fraction était la source de composés stéroliques connus sous le nom de guggulstérones E et Z (dérivés du prégnane), qui ont pour effet d'abaisser le taux du cholestérol sanguin. Par la suite, le CDRI a utilisé dans des études cliniques une préparation à base d'un extrait solide de gomme guggul standardisé à une teneur minimale de 2,5% de guggulstérones E et Z.

Ces études indiquent que l'activité hypolipémique de la gomme guggul pourrait être attribuable à plus d'un mécanisme, soit : séquestration des acides biliaires entraînant une meilleure excrétion du cholestérol, inhibition de la biosynthèse du cholestérol, dégradation du cholestérol par le biais d'une augmentation de l'activité des hormones thyroïdiennes, et altération des taux de catécholamine. En outre, en inhibant l'agrégation plaquettaire et en augmentant l'activité fibrinolytique, de même que grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes, la gomme guggul pourrait contribuer davantage encore à réduire le risque de maladie cardio-vasculaire.

Les travaux du CDRI dont il a été question plus haut ont conduit à la mise au point du premier produit de gomme guggul à être expérimenté en clinique, soit un extrait standardisé portant le nom de Gugulipidâ. En phase I, on a évalué l'innocuité de l'extrait en administrant pendant 4 semaines des doses de 400 mg à 21 patients souffrant d'hyperlipémie. Ce traitement a été bien toléré, aucun effet secondaire subjectif ou objectif n'ayant été rapporté. En phase II, on a évalué l'efficacité de l'extrait en administrant pendant 12 semaines des doses de 500 mg à 19 patients souffrant d'hyperlipémie et ayant des antécédents de maladie cardio-vasculaire. Dans 78% des cas (15 sujets), la gomme guggul a eu pour effet d'abaisser sensiblement les taux du cholestérol et des triglycérides sériques. En moyenne, la baisse des taux a été de 17,3% pour le cholestérol et de 30,3% pour les triglycérides; les effets positifs du produit sur les lipides sanguins ont été perceptibles dès la quatrième semaine du traitement.

Par la suite, le CRDI a conduit un essai clinique multicentre en phase III auprès de 245 patients souffrant de dyslipémie. Quatre-vingt pour cent des patients ont réagi positivement au traitement. Les effets thérapeutiques étaient indépendants de l'âge, du sexe ou du poids des patients; le traitement s'est montré particulièrement efficace chez les sujets affichant des taux de cholestérol de 220 mg\dl et plus, et des taux de triglycérides de 170 mg/dl et plus.

Au total, quatre essais cliniques ayant fait l'objet d'une publication ont été effectués sur une préparation standardisée de gomme guggul. Dans deux de ces quatre essais, on a eu recours à un groupe témoin avec placebo, et dans un essai, on a comparé l'action hypocholestérolémique de la gomme guggul avec un médicament à usage similaire, le clofibrate. Dans tous les cas, la dose type était de 25 mg de guggulstérones E et Z, administrés trois fois par jour par voie orale. En colligeant les résultats de ces quatre études, on a montré qu'en moyenne, le produit avait abaissé les taux de cholestérol total et de triglycérides chez 70% des patients. On a pu également constater que la gomme guggul provoquait une élévation marquée des taux de HDL (ou "bon" cholestérol), soit une augmentation de 20 à 36%.

Bien qu'on n'ait jamais comparé de préparation standardisée de gomme guggul aux statines (médicaments d'ordonnance couramment prescrits pour abaisser les taux de cholestérol), il semble que ce type de produit puisse abaisser les taux de LDL (ou "mauvais" cholestérol) de 17% en moyenne, ce qui est comparable aux résultats qu'on obtient avec 20 mg de fluvastatine ou 10 mg de pravastine. La gomme guggul a également fait augmenter de 14% les taux de HDL - ce qui est comparable aux résultats qu'on obtient avec 1200 mg de gemfibrozile -, et abaissé de 24% les taux de triglycérides - ce qui est comparable à ce qu'on obtient avec 2 g de niacine.

À noter qu'un des principaux avantages des préparations standardisées de gomme guggul sur les médicaments couramment offerts est qu'elles sont relativement dénuées d'effets secondaires. La majorité des statines peuvent entraîner des dommages au foie et des malaises gastro-intestinaux. La cholestyramine provoque de la constipation, des malaises abdominaux, une tendance aux saignements et une malabsorption des vitamines liposolubles. Le clofibrate peut entraîner des dommages au foie, des malaises gastro-intestinaux et des maux de tête.

Il est essentiel que la standardisation de l'extrait de gomme guggul soit adéquate pour garantir l'innocuité et l'efficacité du produit. Dans des études cliniques, l'administration de guggul brut (non purifié) a provoqué divers effets secondaires légers: démangeaisons de la peau, diarrhée et irrégularité dans les menstruations. Les méthodes de standardisation utilisées par Sabinsa pour la préparation de son produit de marque Gugulipid® ont pour effet d'en éliminer les composés potentiellement nocifs. Sous forme de poudre, le Gugulipid® est standardisé à une teneur minimale de 2,5% de guggulstérones E et Z, et il est évalué quantitativement par la méthode de la chromatographie à haute performance. Dans l'extrait mou standardisé, la teneur minimale de guggulstérones E et Z est de 7,5%.

Sachant que la gomme-résine du Commiphora mukul est utilisée de longue date, qu'elle jouit d'une longue réputation d'innocuité et qu'elle a fait l'objet d'études cliniques, on comprend mieux pourquoi on la considère de plus en plus comme le nutraceutique de choix quand il s'agit d'abaisser les taux des lipides sanguins et de réduire les risques de maladie cardio-vasculaire.


À propos des auteurs
Vladimir Badmaev, M.D., Ph.D. a reçu une formation en pathologie clinique et anatomique au Kings Count Hospital et au Downstate Medical Center de New York. Au niveau du doctorat, il s'est spécialisé dans le domaine de l'immunopharmacologie. Auteur de nombreux articles et ouvrages portant sur la médecine traditionnelle, dans lesquels les médecines ayurvédique et tibétaine tiennent une place particulière, il est vice-président aux affaires scientifiques et médicales de la firme Sabinsa.

Muhamed Majeed, Ph.D., détient un doctorat en pharmacie industrielle de la St-John's University de New York. Il possède une expérience de plus de 15 ans dans la recherche pharmaceutique aux États-Unis, ayant oeuvré au sein de firmes telles que Pfizer Inc., Carter-Wallace et Paco Research. Il possède une vase connaissance des propriétés pharmacologiques des plantes médicinales utilisées dans l'ayurvéda, médecine traditionnelle de l'Inde axée sur les plantes. Il est président et directeur général chez Sabinsa.

Ce texte a été originellement publié dans le Natural Health Products Report, August September 1999.
Revenir en haut Aller en bas
 
Les guggulstérones
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du bodybuilding Francais :: ENTRAINEMENTS - NUTRITION - COMPLEMENTATION :: Nutrition et compléments alimentaires-
Sauter vers: